Desire and Sensuous...Deseo y Emocion...Desiderio e Emozione...Verlangen und Gefühl
ATTENTION -°- WARNING

Si tu as moins de 18 ans,
... Quitte le site !
Under your country's legal age
... DO NOT scroll down this page !

Message le plus consulté ces derniers jours

2008-02-20

Théodore de Banville - Les exilés

La beauté de sa prose m'a donné envie de garder ces deux poèmes dans l'écrin de mes billets:
LE BERGER
tandis qu'autour de nous la nature se dore ivre de fleurs, d'amour et de clartés d'aurore, et que tout s'embellit de rayons souriants, les chercheurs, les penseurs, les esprits, les voyants, les sages, dont la main croit à ce qu' elle touche, tiennent dans leur compas l'immensité farouche, et disent: "ce berger, que vous appelez dieu, n'existe pas. Là-haut, dans les plaines de feu, les blancs troupeaux, suivant la trace coutumière, sans nul guide, au hasard, marchent dans la lumière et, sans que jamais rien ne gêne leur essor, rentrent, quand ils sont las, dans leurs cavernes d'or." puis dans leur noir réduit, plein d'ombre et de fumée, les orgueilleux savants, dont l'oreille est fermée, murmurent, en montrant d'en-bas les vastes cieux: "là tout est vide, car tout est silencieux. "cependant, pour bercer l' infini qui respire, le doux berger pensif touche sa grande lyre; il conduit par ses chants tous les monstres vermeils, les constellations, les hydres, les soleils, et, sans souci du vil chasseur qui tend des toiles, fait marcher devant lui ses grands troupeaux d'étoiles.
§
LA FLEUR DE SANG
enfant encore, à l'âge où sur nos fronts éclatela beauté radieuse, un jour dans la forêt je vis un dieu vêtu d' une robe écarlate. Secouant ses cheveux que le soleil dorait, il me cria : "veux-tu m'adorer, vil esclave?" et je sentis déjà que mon coeur l'adorait. Ses flèches, que tourmente une main forte et brave, s'agitaient sous ses doigts; le lourd carquois d'airain tremblait de son courroux et rendait un son grave. Implacable, attachant sur moi son oeil serein, il me cria: "veux-tu baiser, de cette bouche tout en fleur, ma chaussure et mon pied souverain? Je suis le dieu sanglant, je suis le dieu farouche, l'âpre ennemi, le fier chasseur ailé, vainqueur des monstres, le cruel archer que rien ne touche; je suis l'amour; veux-tu me servir, faible coeur? Je te ferai sentir la griffe des chimères et je te verserai ma funeste liqueur. Je prendrai les meilleurs des instants éphémères que doit durer ici ton corps matériel, et tu fuiras en vain les angoisses amères. J'éteindrai tes beaux yeux qui reflètent le ciel, je flétrirai ta joue, et dans mes noirs calices tu trouveras un vin plus amer que du fiel. Savoure sans repos mes atroces délices! Car tu n'espères pas, tant que durent tes jours, épuiser ma colère, et lasser mes supplices. Mes serpents font leurs noeuds dans l'abîme où tu cours,et pour manger ton foie au pied d'un roc infâme, ne vois-tu pas venir des milliers de vautours? Quand la lâcheté vile aura souillé ton âme, ton martyre hideux ne sera pas fini; tu te consumeras sans éclair et sans flamme. Toi que j'aurai cent fois quitté, cent fois banni, mordu par l'aiguillon de ta vieille habitude, tu me suivras encor, par ma froideur puni! Tu vivras dans la haine et dans l' inquiétude jusqu'au jour où, brisé, tu connaîtras l'horreur de la vieillesse affreuse et de la solitude." ainsi le jeune dieu parlait, et sa fureur était comme les flots amers qu'un gouffre emporte, et moi je pâlissais de rage et de terreur.
Je tressaillais, sentant mon âme à demi morte, comme sous le couteau du boucher la brebis, quand le chasseur amour me parla de la sorte. Et pourtant j'admirais sa beauté, ses habits de pourpre, que le vent harmonieux soulève, et surtout, ô mon coeur, ses lèvres de rubis, larges roses de feu, comme on en voit en rêve, et dont le fier carmin, d' un sourire enchanté, ressemble à du sang frais sur le tranchant d'un glaive. J'égarais mes regards sur son col indompté, neige pure, et tandis qu'il m'insultait encore, fou de honte, éperdu sous l'âcre volupté, j'ai crié: "dieu farouche et sanglant, je t'adore. "
Et pourtant, je suis complètment athée...

2 commentaires:

Phil à PAU a dit…

Magifiques poèmes en prose...J'ignorais qu'il avait écrit cela...Je suis souvent "ému" par tes photos et la beauté de tes choix mais je te remercie spécialement pour avoir osé ajouter ces deux textes superbes.

Lez Hard a dit…

Merci pour ton commentaire. Je veux bien faire des points de sutures avec toi!
lol
Bises
LZH