Desire and Sensuous...Deseo y Emocion...Desiderio e Emozione...Verlangen und Gefühl
ATTENTION -°- WARNING

Si tu as moins de 18 ans,
... Quitte le site !
Under your country's legal age
... DO NOT scroll down this page !

Message le plus consulté ces derniers jours

2008-02-29

Leap day


I didn't know the meaning and the idea of
'Leap Day'
29/02/....
This photo helps to understand...

2008-02-28

Chad

Après 3 jours de très bon ski,
Comme il ne fait pas très beau...
j'ai trouvé un divertissement
Irresistible...
Chad Raile

2008-02-25

Au ski

Pendant quelques jours, les billets seront rares! je fais du ski dans une station de Haute-Savoie très sympa :
La Clusaz
La neige est encore bonne comme la musique, quand la neige est bonne, bonne, bonne,bonne ......
C'est tout bon!

2008-02-22

2008-02-21

2008-02-20

Théodore de Banville - Les exilés

La beauté de sa prose m'a donné envie de garder ces deux poèmes dans l'écrin de mes billets:
LE BERGER
tandis qu'autour de nous la nature se dore ivre de fleurs, d'amour et de clartés d'aurore, et que tout s'embellit de rayons souriants, les chercheurs, les penseurs, les esprits, les voyants, les sages, dont la main croit à ce qu' elle touche, tiennent dans leur compas l'immensité farouche, et disent: "ce berger, que vous appelez dieu, n'existe pas. Là-haut, dans les plaines de feu, les blancs troupeaux, suivant la trace coutumière, sans nul guide, au hasard, marchent dans la lumière et, sans que jamais rien ne gêne leur essor, rentrent, quand ils sont las, dans leurs cavernes d'or." puis dans leur noir réduit, plein d'ombre et de fumée, les orgueilleux savants, dont l'oreille est fermée, murmurent, en montrant d'en-bas les vastes cieux: "là tout est vide, car tout est silencieux. "cependant, pour bercer l' infini qui respire, le doux berger pensif touche sa grande lyre; il conduit par ses chants tous les monstres vermeils, les constellations, les hydres, les soleils, et, sans souci du vil chasseur qui tend des toiles, fait marcher devant lui ses grands troupeaux d'étoiles.
§
LA FLEUR DE SANG
enfant encore, à l'âge où sur nos fronts éclatela beauté radieuse, un jour dans la forêt je vis un dieu vêtu d' une robe écarlate. Secouant ses cheveux que le soleil dorait, il me cria : "veux-tu m'adorer, vil esclave?" et je sentis déjà que mon coeur l'adorait. Ses flèches, que tourmente une main forte et brave, s'agitaient sous ses doigts; le lourd carquois d'airain tremblait de son courroux et rendait un son grave. Implacable, attachant sur moi son oeil serein, il me cria: "veux-tu baiser, de cette bouche tout en fleur, ma chaussure et mon pied souverain? Je suis le dieu sanglant, je suis le dieu farouche, l'âpre ennemi, le fier chasseur ailé, vainqueur des monstres, le cruel archer que rien ne touche; je suis l'amour; veux-tu me servir, faible coeur? Je te ferai sentir la griffe des chimères et je te verserai ma funeste liqueur. Je prendrai les meilleurs des instants éphémères que doit durer ici ton corps matériel, et tu fuiras en vain les angoisses amères. J'éteindrai tes beaux yeux qui reflètent le ciel, je flétrirai ta joue, et dans mes noirs calices tu trouveras un vin plus amer que du fiel. Savoure sans repos mes atroces délices! Car tu n'espères pas, tant que durent tes jours, épuiser ma colère, et lasser mes supplices. Mes serpents font leurs noeuds dans l'abîme où tu cours,et pour manger ton foie au pied d'un roc infâme, ne vois-tu pas venir des milliers de vautours? Quand la lâcheté vile aura souillé ton âme, ton martyre hideux ne sera pas fini; tu te consumeras sans éclair et sans flamme. Toi que j'aurai cent fois quitté, cent fois banni, mordu par l'aiguillon de ta vieille habitude, tu me suivras encor, par ma froideur puni! Tu vivras dans la haine et dans l' inquiétude jusqu'au jour où, brisé, tu connaîtras l'horreur de la vieillesse affreuse et de la solitude." ainsi le jeune dieu parlait, et sa fureur était comme les flots amers qu'un gouffre emporte, et moi je pâlissais de rage et de terreur.
Je tressaillais, sentant mon âme à demi morte, comme sous le couteau du boucher la brebis, quand le chasseur amour me parla de la sorte. Et pourtant j'admirais sa beauté, ses habits de pourpre, que le vent harmonieux soulève, et surtout, ô mon coeur, ses lèvres de rubis, larges roses de feu, comme on en voit en rêve, et dont le fier carmin, d' un sourire enchanté, ressemble à du sang frais sur le tranchant d'un glaive. J'égarais mes regards sur son col indompté, neige pure, et tandis qu'il m'insultait encore, fou de honte, éperdu sous l'âcre volupté, j'ai crié: "dieu farouche et sanglant, je t'adore. "
Et pourtant, je suis complètment athée...

2008-02-18

SVEN de Rennes

Je viens de me rendre compte d'une grand injustice. Par je ne sais quelle manoeuvre, un de mes dessinateur favori n'apparaissait plus dans mes liens!

Je l'adore et lui dis ici toute mon affection.

2008-02-15

Beauté

...

Chris Rockway

"... Car la séduction émanait de son être,

comme du diamant le rayon étoilé.

Il n' avait qu' à venir pour dominer en maître;"

Théodore de Banville

Abandons

Lumière
Air
Eau
Terre

Valentin, mon amant... Valentins, mes amants...

Ô mes amants
Simples natures,
Mais quels tempéraments !
Consolez-moi de ces mésaventures.
Reposez-moi de ces littératures ;
Toi, gosse pantinois, branlons-nous en argot,
Vous, gas des champs, patoisez-moi l’écot,
Des pines au cul et des plumes qu’on taille,
Livrons-nous dans les bois touffus
La grande bataille

Des baisers confus.
Vous, rupins, faisons-nous des langues en artistes
Et merde aux discours tristes,
Des pédants et des cons.
(Par cons, j’entends les imbéciles,
Car les autres cons sont de mise
Même pour nous, les difficiles,
Les spéciaux, les servants de la bonne Église
Dont le pape serait Platon
Et Socrate un protonotaire
Une femme par-ci, par-là, c'est de bon ton
Et les concessions n’ont jamais rien perdu
Puis, comme dit l’autre, à chacun son dû
Et les femmes ont, mon dieu, droit à notre gloire
Soyons-leur doux,
Entre deux coups
Puis revenons à notre affaire.)
Ô mes enfants bien aimés, vengez-moi
Par vos caresses sérieuses
Et vos culs et vos nœuds régals vraiment de roi,
De toutes ces viandes creuses
Qu’offre la rhétorique aux cervelles breneuses
De ces tristes copains qui ne savent pourquoi.
Ne métaphorons pas, foutons
Pelotons nous bien les roustons
Rinçons nos glands, faisons ripailles
Et de foutre et de merde et de fesses et de cuisses.
Ô mes amants,
1891

2008-02-14

Nature


J'aime beaucoup ses photos de galets, de fougères,... de Nature.

2008-02-10

Atlante


très musclé, peut-être un peu trop...
mais une jolie beauté sculpturale.

Pebbles

I like pebbles rolling with the waves

I like bodies laying on the sea-shore

2008-02-02

Wander Aguiar

J'aime beuacoup cette photo et le modèle
très serein, mature, adorable.
Merci L'Homme de Sydney de m'avoir fait découvrir ce photographe.

Arithmetique - 2

"In the arithmetic of love,
one plus one equals everything
and two minus one equals nothing."
- Mignon McLaughlin -
Je l'aime bien celle-là, merci L'Homme des Quotes

qlq

manbeauty

guytvblog.com
micoofy.com
asian persuasion
alexsander
bandit talks
drawfellas
soliloqueer
dan nation
bill in exile
amateurhunk's musings
meet justin
r*yan queer bent
valley of the 20-something guys
undies drawer
manila gay guy
singlet boi
miami feet
pep up with pepe
single in the city
all about strength
randomly roaming
lone star verve
the queer chef
flip flop erotic
one third basketi
1 body 2 souls
a cause des garcons
closet conundrums
whonose
roids n rants
someone in a tree

alan bennett ilagan
hot nude yoga blog
a stitch in mind
gaytrix
great cock hunt
completely naked
the pretty boys club
beautiful
casual in istanbul
hoodsworld
electro plankton
beauty & the bum
already bruised
francesco d'macho
matty k
cisoto fotos
joe. my. god.
malafronte
italo's words
brothalove
bedtime stories
pink is the new blog
rod 2.0
tottyworld
ajax in the city
towleroad
arjan writes
narcissim 101
water colour boy
tony hayden
made in brazil
gay fleshbot
large tony
bj land
guy dads
the peculiar one
big fat hairy living
hunk du jour
joel's mode
most proper
sodomy creek
mideast piece
the rugby days
brimstone & fire
rambling along in life...
famous like me

2008-02-01

Deshabillé

quoi!

Alpestre - 4

Si "l'appétit vient en mangeant ;
la soif s'en va en buvant"
selon François Rabelais...
Pour sûr, lui, le Sexe va et vient!
Ce n'est qu'un au revoir!


Les liens d'Alexander

http://alexander-the-gay.blogspot.com/
Alexander de Malaisie nous fait découvrir ses liens, j'en ai retenu quelques un qui ne présentaient pas des photos de plats (ça ne m'intéresse que peu - c'est incroyable de voir combien les malais aiment les photos de bouffe!), de chats (je les aime bien, mais ça me soule), de famille (la famille, c'est très particulier, il vaut mieux eviter les liens intempestifs pour respecter les vies privées) ou trop de laïus (car simplement j'ai pas le temps de tout lire...)...